Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2009

Dans le cadre de mon mémoire de fin d’études de traduction spécialisée, je m’intéresse à différentes facettes du travail quotidien des traducteurs indépendants.

Afin d’étudier les habitudes des traducteurs dans la pratique de leur métier, j’ai réalisé un questionnaire qui leur est destiné. Si vous travaillez comme tel et que vous avez un petit quart d’heure à offrir pour y répondre, je vous en serais très reconnaissante.

Les réponses sont anonymes, cependant, si vous le souhaitez vous pouvez laisser une adresse e-mail à laquelle vous recevrez un résumé des résultats.

D’avance un grand merci aux personnes qui participeront et n’hésitez pas à faire passer le message.

Remplir le questionnaire

Publicités

Read Full Post »

VocabGrabber vous permet de copier un texte et vous propose ensuite de schématiser son contenu linguistique. Il crée une liste de mots à partir de votre texte, les trie selon leur appartenance à 7 catégories thématiques, le nombre d’occurrences, leur pertinence dans le texte. Vous pouvez choisir de visualiser les résultats sous forme de nuage d’étiquettes, de liste ou d’afficher leur image tirée du Visual Thesaurus.

Read Full Post »

Aujourd’hui, j’ai traduis quelques lignes à propos des «ethnic media». Aux États-Unis, l’association New America Media regroupe un grand nombre de ces ethnic media, des médias qui ont pour public-cible des personnes d’une même origine, notamment latino-américaine dans le cas de ce pays.

D’autres exemples ici et . Sur ce dernier site, j’aime particulièrement la phrase: «With over 10 % of the total population of Ireland now ethnic, your marketing plan is not complete without us». Toute la question se résume à définir qui est ethnique et qui ne l’est pas, quelle est la différence entre une personne d’une autre origine ethnique et un étranger !

En français, il apparaît qu’on parle de médias de la diversité. Voyez aussi ce qu’en dit Altermondes Pourtant, il me semble que ce concept de diversité est très politiquement correct, un moyen d’intégrer ces minorités, ces communautés qui dans une masse dont on souligne la diversité ont la même place que n’importe quelles autres. Malheureusement je n’ai pas trouvé d’autre appellation, si quelqu’un en connaît, je suis preneuse. On parle aussi de médias communautaires, mais cette appellation désigne habituellement des médias qui favorisent la participation de la communauté.

Read Full Post »

Le terme natif s’emploie pour désigner une personne née dans un pays ou une région spécifique.

De manière générale, indigène et autochtone désignent les personnes originaires du lieu qu’elles habitent. Cependant, indigène, ayant souvent été utilisé par les colons pour désigner les habitants des lieux qu’ils considéraient comme inférieurs, s’est teinté avec le temps d’une connotation négative. C’est pourquoi autochtone lui est souvent préféré. Indigène s’oppose à allogène.

Les organisations internationales emploient d’ailleurs le terme autochtone lorsque l’anglais parle d’indigenous. En effet, la Declaration on the Rights of Indigenous Peoples a pour titre français la Déclaration des droits des peuples autochtones.

Read Full Post »

Je vous propose un billet tiré des notes prises à la conférence donnée par Alain Rey le 21 avril 2009 à Genève. Je retiens un orateur  passionné, captivant, clair et amusant, qui observe l’évolution de la langue française sans défendre la norme et le purisme à tout prix.

Le français va-t-il disparaître ?

Il revenu sur l’histoire de la langue française pour tenter d’apporter une réponse à la question : le français risque- t-il de disparaître ? Il a notamment mentionné la disparition du gaulois  en quelques générations seulement qu’il considère comme une leçon à retenir. Cependant, il a souligné que le français avait traversé des moments où il avait risqué de disparaître ou de subir des modifications qui auraient pu le rendre méconnaissable, qu’il était donc rassurant de voir qu’il avait pu survivre à des menaces.

Histoire d’amour et de haine entre le français et l’anglais

Guillaume le Conquérant a imposé le français qui aujourd’hui n’est plus du tout parlé en Angleterre. Doit-on considérer ceci comme un échec du pouvoir de la langue française contre celui de la langue anglaise ? Non, car si les structures de l’anglais sont clairement germaniques, nombre de mots de divers domaines viennent du français. Les mots « ruraux » de la langue anglaise ont des origines saxonnes, alors que les mots « distingués » sont issus du français. Il cite en exemple les animaux dont les noms diffèrent selon que l’on désigne la bête vivante (mot utilisé à la campagne) ou la viande consommée (mot urbanisé).

Il  a également mentionné le « ping-pong de mots en-dessus de la Manche », soit le fait que de nombreux anglicismes de la langue française proviennent de mots anglais qui sont en réalité des emprunts au français. Parmi eux tunnel issu du mot tonnelle ou budget qui vient de bougette. Il souligne toutefois que très souvent ce sont des faux-amis car le mot anglais a gardé un sens proche du sens premier, du sens latin, alors que le sens français a évolué.

Langue orale – langue écrite

Une des caractéristiques du français d’aujourd’hui réside dans le fait que beaucoup de français que l’on croit oral est en fait de l’écrit parlé, c’est par exemple le cas du français utilisé à la radio ou à la télévision où le présentateur lit son prompteur. Cette situation donne donc lieu à une utilisation de la langue particulière dont il faut être conscient.

Concernant l’oralité, il a souligné que les langues qui disparaissent avec le temps sont presque toujours des langues qui ne sont pas écrites. Lorsque la langue enseignée ne correspond pas à la langue parlée, la première prend souvent le dessus et peu de dialectes résistent à une éducation donnée dans une autre langue.

Internet et le français

Il explique que les craintes selon lesquelles les gens ne vont plus savoir ni lire, ni écrire ne datent pas de l’utilisation d’Internet. Elles sont apparues avec notre monde oral, dans lequel on ne s’écrit plus, mais on se téléphone, où l’image, notamment par la télévision et le cinéma, a pris une place toujours plus grande. Internet a donc, au contraire, permis une sorte de retour à l’écrit. Les puristes dénonce l’utilisation d’un très mauvais français, mais si l’on fait une observation sociologique, ce retour à l’écrit permet de retrouver toutes les variétés de la langue spontanée parlée. C’est donc une nouvelle écriture, libérée des normes institutionnelles.

Répondant à quelques questions, Alain Rey nous donne son avis

…sur l’espéranto :

Cette langue n’a évidemment pas eu l’impact espéré par son créateur. M. Rey donne des éléments de réponses pour expliquer pourquoi. La langue a été créée à 90% sur des bases de langues romanes, l’espéranto possède donc un caractère international partiel. La langue est construite sur la logique et ses caractéristiques sémantiques en sont appauvries. Elle ne possède pas la puissance et le contenu affectifs que peut avoir une langue naturelle. Elle n’est donc pas une langue de communication spontanée.

…sur l’appauvrissement du français :

Il est possible de noter un certain appauvrissement dans la pratique de la majorité des francophones européens , mais selon lui, dans la pratique de la minorité, y compris chez les jeunes, qui  maîtrise tout à fait correctement la langue française, les personnes la maîtrise mieux que les générations précédentes, elle savent jouer sur de nombreux registres. Concernant le français utilisé par les jeunes des banlieues et les immigrés, il parle d’un appauvrissement qui est peut-être fictif, volontaire. Il souligne que la situation est difficile à observer,  car toute observation implique un changement, même involontaire, chez les personnes observées, c’est le problème de l’anthropologue. De manière générale, il considère que si la maîtrise n’est pas très grande, nous sommes loin de l’appauvrissement décrié.

Rapide mention à la traduction :

Il parle de l’intraduisible absolu, notamment en poésie, et dit « et pourtant, il y a des génies de la traduction, des génies de l’écriture, qui sont capables de faire passer une langue dans une autre avec une justesse aussi grande que la langue originale, peut-être parfois supérieure ». Il cite bien évidemment en exemple les traductions d’Edgar Poe réalisées par Baudelaire.

Voilà, seulement quelques points dont je souhaitais parler, si vous voulez visionner l’intégralité de la conférence, c’est ici. Je vous le conseille vivement, M. Rey est un orateur passionnant et les anecdotes sont nombreuses.

Je termine en citant une dame de l’audience, à la sortie de la conférence : « Il est resté deux heures debout, sans même boire un verre d’eau, si ça c’est pas un grand homme ! ». Comme vous le voyez, tout le monde a été impressionné, pas toujours pour les mêmes raisons.

Read Full Post »