Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Question de culture’ Category

Trouvé un article dans Clicanoo, le journal de l’ïle de la Réunion, qui explique qu’une classe de collège s’attele à traduire Titeuf en créole.

Pour ceux qui n’ont pas dévoré les différents tomes, Titeuf, c’est le gamin né de la plume d’un bédéiste suisse, Philippe Chapuis, plus connu sous le nom de Zep. Un personnage attachant qui a un regard tordant de naïveté et de justesse sur la vie, les copains d’école, la famille et tout ce qui fait le quotidien d’un gosse moderne. Ses caractéristiques: sa mèche rebelle d’une longueur démesurée et son langage fait d’expressions nouvelles, inventées par l’auteur, mais qui collent au plus juste à ce qu’on peut entendre dans les cours de récré. Parmi ses phrases préférées, on trouve «c’est pô juste»,  «obsédé du zizi sexuel» et bien entendu «pov’ taré du slip».

photo de bgvjpe, Creative Commons de Flickr

photo de bgvjpe, Creative Commons de Flickr

Je salue donc cette initiative qui profite que ces jeunes maîtrisent le français tout comme le créole pour s’adonner à cet exercice de traduction. En effet, rien de mieux que de demander à des jeunes, enthousiasmés par un tel exercice, j’en suis sûre, d’inventer dans leur langue des expressions aussi drôles et proches de leur réalité. Une bonne manière de les faire réfléchir sur leur langue avec un langage qui leur est propre. Il est probable qu’ils proposeront des solutions beaucoup plus intéressantes et justes qu’un traducteur proche de la retraite et sans enfants.

Heureusement que je vois le bon côté des choses et que je trouve la démarche intéressante, sinon je déclarerais tout cela absolument scandaleux, que les éditions suivent le modèle de Facebook traduit par ses utilisateurs, qu’on exploite des pauvres jeunes qui ont rien demandé et qu’une fois de plus, on a trouvé une combine pour se passer des services d’un traducteur compétent. Mais pour cette fois, j’y vois que du bon, alors je me tais.

Si vous êtes traducteur indépendant, que vous avez un peu de temps à offrir, n’oubliez pas mon questionnaire.

Read Full Post »

J’ai laissé le temps filer, c’est donc avec un peu de retard que je souhaite revenir sur le billet que j’ai traduit pour le blog de Naked Translation dans lequel Jill Sommer, traductrice de l’allemand à l’anglais, donne quelques conseils très intéressants au sujet du marketing par e-mail.  Elle explique en détail comment elle s’y est prise pour démarcher agences de traduction et clients.

Elle dit notamment qu’envoyer un e-mail contenant ses motivations accompagné de son CV n’est pas suffisant, qu’il est important de faire un suivi de sa demande et recommande à ce sujet la méthode 1/3/10/30/90 de John P. Shaklee. Je dois avouer être restée quelque peu sceptique. Je convient qu’il est nécessaire de recontacter un client potentiel ou une agence si l’on n’a pas reçu de réponse ou qu’il est judicieux de leur rappeler son existence après quelques temps. Toutefois, je n’oserais les recontacter 4 ou 5 fois, de peur qu’ils se sentent presque agressés et qu’ils gardent une mauvaise image de moi. J’imagine déjà les discussions entre les secrétaires: – Tu sais pas quoi? J’ai encore reçu un message de X.  – X? – Mais oui, tu sais, la traductrice qui a décidé de ne pas nous lâcher. J’veux dire c’est bon, on a son CV et son numéro, on a compris qu’elle existe!

Je me demande si c’est mon jeune âge, mon manque d’expérience de la dureté du monde du travail et ma naïveté qui expliquent ma réaction ou si c’est une différence culturelle, si aux États-Unis il est habituel, donc pas mal vu, de se vendre de cette manière et que la situation est différente en Europe. Je serais contente d’avoir votre avis à ce sujet.

Read Full Post »

Je ne peux résister à l’envie de faire un billet sur le vocabulaire suisse. Il y a beaucoup de mots qui sont propres à la Suisse romande et en y réfléchissant, je les classerais selon plusieurs catégories.

Ceux qui n’existent pas dans d’autres pays francophones car ils correspondent à l’organisation politique du pays, rien de spécial puisque chaque État à ses caractéristiques politiques et administratives désignées par des termes différents des autres pays, ou à la culture traditionnelle:

la votation

l’initiative

le conseiller fédéral

– le jodel

Ceux qui, désignent des spécialités régionales, notamment culinaires et appartiennent plus à un patois régional, le plus souvent cantonal, plus qu’au suisse-romand:

le papet: plat typique du canton de Vaud

les cafignons: pantoufles dans le canton de Neuchâtel

Ceux qui sont dérivés de l’allemand ou du suisse-allemand:

putzer: nettoyer

un kratz: un chat

le stempf: le timbre, le tampon

Ceux qui s’ajoutent au mots français, les deux étant utilisés, le choix du terme se faisant en fonction du contexte et de l’interlocuteur:

le foehn: le sèche-cheveux

les services: les couverts

le galetas: le grenier

le blètse: la rustine

Ceux qui existent en français de France, mais peuvent avoir une signification différente en Suisse. Ils sont amusants parce qu’ils donnent parfois lieu à des quiproquos:

le cornet: sac en plastique ou en papier. Lorsque j’ai expliqué cela il y a quelques mois à un jeune Français, il m’as très justement demandé si les enfants suisses partaient à l’école avec des cornets à dos! Très joli, mais non, comme leurs voisins, ils utilisent des sacs à dos et des cartables.

le linge: la serviette de bain

l’auditoire: l’amphithéâtre, la salle de cours

la branche: la discipline scolaire

Et pour terminer, ceux qui n’ont pas d’équivalent en France et qui selon moi mériteraient d’entrer dans Le Robert puisqu’ils permettent d’éviter certaines périphrases:

le livret: table de multiplication

la catelle: carreau de carrelage

le bancomat: distributeur de billets de banque

la pive: fruit des conifères

la couenne: la croûte du fromage

tiper: enregistrer sur une caisse enregistreuse

la volée: élèves de la même classe, du même âge scolaire

l’écolage: les frais de scolarité

grader: monter en grade

amender: infliger une amende et amendable: être passible d’amende

le biscome: pain d’épices

et le célébre panosser pour passer la serpillère.

Voilà, pour un petit aperçu!

Read Full Post »